Documentation

GOOD MOVE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Afin de vous permettre de participer de manière efficiente aux rencontres citoyennes organisées dans le cadre de Good Move Dielegem, voici les clés pour comprendre les grands principes.


Good Move est le plan régional de mobilité, approuvé par le gouvernement régional bruxellois en 2020. Il concerne les 19 communes bruxelloises et définit les grandes orientations qui y seront suivies dans le domaine de la mobilité dans les dix prochaines années.

 

GOOD MOVE, POURQUOI ?

La manière de se déplacer a un impact majeur sur l’environnement et la qualité de vie en ville puisqu’elle génère aussi de l’insécurité, de la pollution de l’air et de l’eau, du bruit, du stress, etc.
Pour étayer ce constat, il a fallu réaliser un diagnostic basé sur des données concrètes et sur les avis et expériences de la population.

Les résultats ont montré que l’impact négatif sur la qualité de vie des habitants est principalement dû à :

  • La proportion de l’espace public réservé aux véhicules motorisés
  • Les nombreux déplacements effectués par des personnes seules dans leur voiture
  • Des transports en communs peu nombreux et trop lents
  • Un manque de pistes cyclables sécurisées
  • Des trottoirs trop étroits ou mal entretenus

 
GOOD MOVE, LES GRANDS PRINCIPES

Il est donc nécessaire de mieux partager l’espace public pour permettre à tout le monde d’opter pour le moyen de transport qu’il préfère, sans s’inquiéter de la sécurité ou de l’efficacité.


Plus les transports en commun, le vélo et la marche seront rendus attractifs, plus le nombre de déplacements effectués en voiture diminuera. La qualité de vie des Bruxellois sera donc automatiquement améliorée.


Pour identifier comment mieux partager l’espace public, Good Move a déterminé dans quelle mesure chaque voirie est destinée à accueillir chaque moyen de transport (voiture, poids lourds, transports en commun, vélo et marche).

Les rues sont donc classées selon trois niveaux, pour chaque moyen de transport, selon leur largeur, leur profil ou leur aménagement :

  • PLUS : pour se déplacer entre les 19 communes (la vitesse y est en général limitée à 50 km/h)
  • CONFORT : pour relier les différents quartiers
  • QUARTIER : pour rejoindre une destination à l’intérieur d’un quartier (max 20 ou 30 km/h)

Certaines rues sont de niveau PLUS pour plusieurs moyens de transport : voitures, vélos (via la piste cyclable) et transports en commun (ligne de tram).
D’autres rues sont de niveau PLUS pour le vélo et la marche (donc aménagées pour les longs itinéraires à pied et à vélo) mais de niveau QUARTIER pour la voiture (donc prévues uniquement pour les personnes dont la destination se trouve à l’intérieur du quartier).

LA MAILLE APAISÉE DIELEGEM

C’est ici qu’intervient le concept de maille ou quartier apaisé : un quartier délimité par des grands axes où seulement les habitant.es, les personnes en visite, qui y travaillent et les client.es des commerces auront encore intérêt à accéder en voiture. Les personnes dont la destination n’est pas située à l’intérieur de la maille et qui la traversaient en voiture uniquement pour se rendre ailleurs devront désormais la contourner… ou utiliser un autre mode de déplacement.
 
Les mailles apaisées sont délimitées par les axes de niveau PLUS ou CONFORT pour les voitures.

Pour la maille Dielegem, les limites sont donc

  • Chaussée Romaine
  • Avenue de l’Exposition
  • Avenue de l’Exposition Universelle
  • Avenue Démosthène Poplimont
  • Avenue de Laeken
  • Boulevard De Smet de Naeyer
  • Avenue Houba De Strooper


 Il s’agit d’une maille située sur trois communes : Bruxelles-Ville, Jette et Ganshoren. 

QUELS SONT LES OBJECTIFS DE GOOD MOVE ?

Good Move fixe plusieurs objectifs chiffrés à atteindre au plus tard en 2030. Ils concernent tant les déplacements effectués uniquement à l’intérieur de la Région de Bruxelles-Capitale (environ 2/3 du total des déplacements) que ceux reliant Bruxelles et les autres régions.

Les objectifs visent :

  • Une augmentation des déplacements effectués en mobilité active et/ou en transports publics
  • Une diminution des déplacements réalisés par des personnes seules dans leur voiture, donc une augmentation du taux d’occupation des voitures
  • Une diminution de la longueur moyenne des déplacements